Catégories
Pratique

Prévenir les douleurs cervicales : un exercice, une vidéo

Une première vidéo sur un exercice élémentaire en matière de prévention des douleurs cervicales.

Cervicalgie, mal au cou, mal à la nuque sont des expressions courantes pour désigner une souffrance de la région cervicale. Des douleurs cervicales peuvent apparaître régulièrement au cours de la vie d’un être humain. Elles se combinent parfois à :

  • une impression d’avoir les cervicales bloquées ;
  • la présence d’arthrose cervicale ;
  • ou encore le fameux torticolis.

Ce qui est clair, c’est que les personnes qui n’ont jamais eu mal au cou sont peu nombreuses. Dans ces circonstances, s’approprier quelques exercices pour prévenir la survenue de douleurs cervicales peut intéresser pas mal de monde.

Dans la vidéo ci-dessous, je fais la démonstration d’un exercice de base pour prévenir les douleurs cervicales.

Pour les personnes plus à l’aise avec le format écrit, j’ai rédigé ci-dessous une version textuelle et enrichie du contenu de la vidéo.

Sommaire

  1. Présentation de l’exercice
  2. Subtilité de l’exercice
  3. Situations particulières
  4. Dose de travail

Présentation de l’exercice

L’exercice consiste simplement à tourner la tête à droite, puis à gauche, encore à droite, et ainsi de suite, une dizaine de fois. À chaque rotation, il s’agit bien sûr de tourner la tête le plus loin possible.

Subtilité de l’exercice

Cet exercice comporte une petite subtilité : le regard doit bien accompagner chaque mouvement jusqu’au bout. Si vous tournez la tête à droite, votre regard doit se porter le plus loin possible sur la droite. Si vous tournez la tête à gauche, votre regard doit se porter le plus loin possible sur la gauche.

Pourquoi ? Parce que les muscles de vos yeux sont neurologiquement liés aux muscles de votre cou. C’est ce qui vous permet de coordonner la tête et les yeux sans y penser quand vous regardez quelque chose.

L’existence de cette relation entre vos yeux et vos muscles du cou à une conséquence pratique : bien accompagner vos mouvements de tête avec le regard vous permet de tourner la tête plus loin.

Faites-en l’expérience : tourner la tête d’un côté en essayant de regarder de l’autre côté, puis d’un seul coup ramener les yeux du bon côté. Vous verrez que vous allez gagner un peu d’amplitude de mouvement.

Situations particulières

Je traite maintenant de deux questions que vous pourrez peut-être vous poser en essayant de réaliser l’exercice :

  1. Qu’est-ce que je dois faire si je sens que ça bloque d’un côté ?
  2. Qu’est-ce que je dois faire si j’ai mal quand j’arrive en fin de mouvement ?

En cas de blocage

Vous vous sentez bloqué quand vous tournez la tête d’un côté. Bonne nouvelle : il n’y a rien à faire de spécial dans ce cas.

Autre bonne nouvelle : vous employez utilement votre temps à lire cet article. Pratiquer un peu de gym cervicale est bien indiqué pour les personnes ayant une mobilité cervicale limitée.

En cas de douleur

Vous ressentez une douleur en fin de mouvement d’un côté ou de l’autre. Pas de panique. Vous pouvez quand même réaliser l’exercice en vérifiant :

  • que la douleur est supportable. Une douleur légère ou modérée ne doit pas vous dissuader de faire l’exercice. Si la douleur est trop importante, ne faites pas l’exercice ou adaptez-le en tournant moins la tête, tout simplement.
  • Que la douleur n’augmente pas au fil des répétitions.
  • Que la douleur disparaît dès que vous sortez de la position extrême (autrement dit, dès que vous ramenez la tête devant vous).

Dose de travail

À quelle fréquence pratiquer cet exercice ? Je préconise au moins 3 à 4 fois par semaine, même si tous les jours, c’est l’idéal, et cela aussi longtemps que possible.

Et si ça vous étonne réfléchissez-y. Si vous prenez au sérieux votre santé bucco-dentaire, vous vous brossez les dents tous les jours, voire plusieurs fois par jour. Et vous n’envisagez pas d’arrêter.

Pour vos pratiques de santé physique, en l’occurrence ici de santé de la région cervicale, la logique doit être la même : une pratique régulière et qui s’inscrit dans la durée.

Seule une pratique régulière vous permettra de tirer pleinement bénéfice de ce type d’exercices. La régularité paie pour au moins deux raisons :

  1. d’abord vous améliorerez vos connaissances sur vos capacités cervicales. Vous saurez mieux jusqu’où vous êtes capable d’aller et ce que vous devez ressentir.
  2. Ensuite, vous profiterez d’un effet cumulatif. Faites les calculs, vous cumulerez facilement plusieurs dizaines de milliers de mouvements en pratiquant régulièrement dans le temps (à comparer bien sûr à zéro mouvement si vous ne faites rien !)

Pour être averti quand je publie un nouvel article, entrez votre email ci-dessous et cliquez sur « S’ABONNER ».

Autres articles sur le thème de la douleur :

Arthrose et humidité font-elles vraiment mauvais ménage ?

Gestion de la douleur chronique : trois principes incontournables

Entorse de la cheville : que faire si la douleur persiste ?

Gestion de la douleur : les enseignements du monde animal

Traitement de la douleur, gestion de la douleur : causons causes

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s